Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Visiteur

Recherche

Archives

30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 22:00
avec ma cousine et son mari.

Je voulais voir où mon père était passé en août 44.

Maintenant, je comprends pourquoi il n' a jamais voulu nous raconter.






















Mémorial du Montormel






















Le guide a été d'une grande gentillesse
et nous bien expliqué tout ce qui s'était passé.

J'ai appris ainsi que mon père se trouvait sur la cote 262.

Nous y sommes allés.
Là se trouve une petite église,
dans le petit cimetière attenant
j'ai découvert cette statue très émouvante.











































Un endroit très paisible, maintenant.

Par des petites routes nous avons continué à visiter cette région.

Rencontre avec des vaches normandes






















Visite de Falaise qui a vu naître Guillaume le Conquérant






















Puis d'autres routes nous ont conduits vers la Suisse Normande.






















où nous avons rencontré des chevaux






















mais aussi un gentil poney avec des marguerites






















Durant ces trois jours nous avons couché à Chambois près du donjon





























dans une belle demeure, où nous avons été superbement accueillis.






















Ces trois jours m'ont permis d'ouvrir une porte
sur une partie de la vie de mon père.
Je regrette, maintenant qu'il nous a quittés de ne pas avoir su plutôt.

Tant de jeunes sont morts dans cette tourmente
et encore à notre époque 
d'autres tourmentes continuent de faire mourir.



 



Partager cet article

Repost 0
Published by françoise - dans Ailleurs
commenter cet article

commentaires

bastet 28/06/2008 08:26

Bonjour, quand des personnes ont vécu l'horreur, il leur est pas possible de raconter, les mots ne sont pas à la hauteur, et qui pourrait le croire. Très peu de personnes revenues des camps de concentration ont pu parler, on ne raconte pas l'incroyable. La même chose pour les hommes au retour des tranchées de la guerre de 1914, véritables boucheries. Mon grand-père a refusé sa carte d'invalide, tellement était grande sa terreur d'être obligé de raconter ce qu'il avait vécu, l'argument de la pension n'a pas été assez fort, il était pourtant pauvre et dans l'impossibilité de retravailler, il était marié et avait deux enfants.N'ayez aucun regret de votre ignorance sur le passé de votre père, il l'avait voulu ainsi pour se protéger, en même temps il vous a protégée. Il vous a évité de porter cette histoire horrible pendant votre jeunesse, il faut l'en remercier.

Martine Rose 31/05/2008 00:05

Belles photos, très émouvantes. Mon papa non plus n'a quasiment jamais parlé de ce qu'il a connu quand il était dans les FFI. Sympa la maison dans laquelle vous avez logé...

Articles Récents